Temps forts:

Macky-Karim, risques et périls

photomontage-macky-karim-khalifa
Le Pouvoir pousse et pousse. Au même moment, le Parti démocratique sénégalais (PDS) se dit déterminé à présenter sa candidature et exclut de facto, tout candidat de substitution. Il a mis en place et est en train d’exécuter une stratégie pour annihiler les manœuvres de la formation la plus représentative de l’opposition.

Ce n’est pas hasard, si les menaces d’arrestations de Karim Wade et de ses co-accusés sont remises au goût du jour, au lendemain des « retrouvailles » entre Abdoulaye Wade et Madické Niang, suite à un « regrettable incident qui se situe maintenant derrière nous », selon les deux acteurs.

Car, il est évident qu’une crise profonde au sein du PDS en ce moment précis, serait du pain béni pour les tenants du pouvoir qui n’ont jamais caché leur volonté de réduire à néant les ambitions du « candidat du peuple » en exil au Qatar après une grâce obtenue dans des conditions ombrageuses comme cette longue nuit noire au cours de laquelle, Karim a précipitamment quitté le Sénégal. Contraint ou pas, peu de gens savent encore. Parmi ces derniers, l’avocat Me Madické Niang lui-même.

Abdoulaye Wade, vieux routier, donne l’impression d’avoir tout compris. Et il a décidé de vendre cher la peau de son candidat et fils. En dépit des nuages qui planent sur son choix, il y va contre vents et marrées.

L’objectif est d’attirer plus d’attention sur Karim Wade en lui donnant une autre légitimité avec le parrainage en plus de celle acquise en prison.

Attirer l’attention sur Karim

Si l’ex-ministre d’Etat est encore arrêté dans ces conditions, il va sans doute continuer d’indisposer un régime qui a échoué lamentablement dans sa volonté affichée de traquer des biens présumés mal acquis.

Une traque faite avec parcimonie qui n’a pas produit les résultats espérés. Dans ce cas, le pouvoir serait dans l’obligation de gérer deux prisonniers politiques, deux candidats écartés si l’on sait que l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, n’aura pas du mal à obtenir le nombre de parrains requis pour une candidature peu probable en 2019.

Une union entre ces deux camps aux fortunes diverses mais communes, à bien des égards, serait du pain sur la planche de Macky Sall. Déjà, toute l’opposition s’est retrouvée face à ces «injustices» infligées à des adversaires susceptibles de mener la vie dure au président sortant.

Maintenant, il reste à Karim Wade de se déterminer. Son retour, longtemps annoncé, maintes fois repoussé, est encore à l’ordre du jour. Prendra-t-il le risque de revenir tout en sachant ce qui l’attend, tout en étant conscient d’éventuelles dividendes à tirer d’un «acharnement» ?

Pour le moment, il est peut-être le seul à pouvoir répondre à cette interrogation. Avec Wade père qui sait si bien cacher son jeu. Pour rester le maitre… du jeu.

Charles SENGHOR

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


A propos

Maktero Sarl
Bloc 66 – Zone de Captage Route du Front de TERRE
Dakar
Tél: (+221) 33 867 01 04
maktero.mk@gmail.com  / maktero@media28.net




L’équipe

Administrateur:
Mame Gor NGOM | gor.ngom@media28.net


Newsletter