Temps forts:

Détériorations des finances publiques : Le FMI inquiet pour le Sénégal

fmi
Les finances publiques se sont détériorées en 2017-2018, principalement à cause des prix intérieurs de produits énergétiques qui n’ont pas varié face à la hausse des prix internationaux. C’est une remarque essentielle du Fonds monétaire international (Fmi) qui a rendu son rapport sur le Sénégal, repris par le journal Dakar Times, dans sa parution du jour.

Les risques entourant l’économie sénégalaise ont augmenté mais, ils restent gérables. Sur le plan interne, le manque de progrès sur des questions budgétaires structurelles telles que la mobilisation des recettes, les subventions énergétiques et les réformes visant à réduire davantage les besoins de financement supplémentaires pourrait compromettre la viabilité des finances publiques.

Sur le plan externe, les problèmes les problèmes de sécurité dans la région pourraient peser sur l’investissement et la croissance, note le Fmi.

Malgré un déficit budgétaire 2017 conforme aux prévisions, l’orientation de la politique budgétaire s’est fortement dégradée avec un accroissement des passifs en particulier envers le secteur de l’énergie, ce qui a entrainé un report des engagements dubgétaire de 2017-2018.

Dans un contexte marqué par ma tenue d’élection présidentielle prévue en début 2019, le niveau fixe des prix intérieurs de l’énergie conjugué à l’augmentation régulière des prix internationaux du prix du pétrole, s’est traduit par une mobilisation insatisfaisante des recettes pétrolières et un accroissement des subventions énergétiques.

L’insuffisance des crédits budgétaires et le manque de financement pour ces subventions ont entrainé une accumulation des engagements budgétaires envers la compagnie publique d’électricité, la Senelec et envers les entreprises importatrices de pétrole.

En outre, l’Etat a accumulé des engagements non réglés envers d’autres entreprises du secteur privé. Comme les prix intérieurs de l’énergie sont restés fixes, les tensions budgétaires ont continué de s’accentuer en 2018 tandis que les salaires et les prestations des grévistes dans le secteur de la santé et de l’éducation nationale ainsi que des dépenses de sécurité visant à répondre aux menaces régionales (Sahel) et intérieur (Casamance) ont fortement augmenté…

Media28

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *


A propos

Maktero Sarl
Bloc 66 – Zone de Captage Route du Front de TERRE
Dakar
Tél: (+221) 33 867 01 04
maktero.mk@gmail.com  / maktero@media28.net




L’équipe

Administrateur:
Mame Gor NGOM | gor.ngom@media28.net


Newsletter