Temps forts:
6 mai 2019
Iyane-Thiam-1-620x400.png

Les musulmans sénégalais vont encore en rangs dispersés dans le cadre du début du Ramadan. La Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire, qui s’est réunie hier dimanche dans les locaux de la RTS, fixe le début du Ramadan demain 7 mai.

Pour sa part, la Coordination des musulmans de Dakar a commencé ce lundi. Son président a déclaré que la lune a été aperçue à ouest-Foire et dans d’autres localités du Sénégal et de l’Afrique.

Media28

5 mai 2019
661_magic-article-actu_7d1_a76_501061479113065a8c5dc1f781_ramadan-le-mois-de-jeune-commence-lundi-6-mai_7d1a76501061479113065a8c5dc1f781.jpg

Le ramadan commencera ce lundi ou, au plus tard ce mardi. C’est du moins ce qu’a expliqué ce dimanche l’imam Oumar Diène, membre de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire.

«Aujourd’hui, c’est le 29e jour du mois lunaire. Nous allons passer au mois béni de Ramadan. Si la lune apparait ce soir, le ramadan commencera demain. Si elle n’apparait pas, on commencera mardi », a déclaré l’imam au micro de la Rfm.
Media28

10 avril 2019
Mgr-Benjamin-Ndiaye-archevêque-de-Dakar-1280x720.jpg

A l’occasion des Journées mondiales nationales de la jeunesse catholique, organisée à la cité religieuse de Popenguine, l’archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye a appelé à des métiers adaptés pour les jeunes.

La ville de Popenguine qui abrite le sanctuaire marial a accueilli du 5 au 7 avril 2019 la 34e édition des journées mondiales nationales de la jeunesse catholique du Sénégal. Au cours de son homélie, l’archevêque de Dakar, Benjamin Ndiaye, est revenu sur le phénomène de l’émigration clandestine, plaidant en faveur des jeunes pour une formation qui s’adapte aux besoins et réalités. «Travaillons ensemble à les épargner les souffrances inimaginables de la migration clandestine et, ceci en nous y investissant à mieux assurer leur avenir chez nous par un système scolaire encore plus rigoureux et moins perturbé, avec des programmes diversifiés et performants », lance le religieux. Selon lui, «les jeunes doivent aussi bénéficier de filières  de formation qui mettent en valeur leur savoir-faire pratique dans des métiers adaptés à nos réalités ». «Consolez mon peuple, dit votre Dieu. Que cet appel divin nous mobilise au service de notre jeunesse pour son  bien, pour celui de nos pays, de nos familles de nos communautés », a exhorté l’ancien évêque de Kaolack.

— Forum de l’entreprenariat —

A cet effet, l’archidiocèse de Dakar a initié une grande première dans le cadre des journées mondiales des jeunes catholiques, un forum pour l’entreprenariat des jeunes catholique, avec la participation des entreprises nationales comme la Délégation à l’entreprenariat rapide (Der), l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (Adepme), entre autres. A travers cette démarche, l’Eglise catholique veut faire émerger des initiatives économiques portées par les jeunes dans le but d’amener les porteurs d’initiatives économiques à structurer leurs projets et à les faire connaitre.

L’évêque de Kaolack Martine Boucar Tine, saluant cette initiative, estime qu’elle permettra aux jeunes de «savoir entreprendre, de ne pas toujours attendre que cela vous tombe du ciel ou de quelqu’un». Pour le nouvel évêque de Kaolack, l’église est tenue de s’investir dans la question humaine, « étroitement liée à la question divine. «L’église ne peut et ne pourrait jamais se focaliser et se cantonner à un niveau spirituel et oublier la question sociale. Les deux vont ensemble parce que depuis que Dieu a décidé  de faire sa demeure au milieu de nous, nous sommes intrinsèquement liés à la question divine. La question divine et la question humaine sont inséparables», a enseigné Mgr Martin Boucar Tine.

— Une initiative saluée par les jeunes —

Raïcha Tabar, étudiante de son état, soutient que cette initiative permettra aux jeunes «de connaître de l’emploi et de savoir s’orienter au moment opportun». Richard Ndecky, pour sa part estime que ce forum « est venu à son heure ». Car, la logique voudrait que les jeunes soient leurs propres entrepreneurs pour assurer leur avenir. «Aujourd’hui, que l’Eglise, en tant que telle, se lève pour nous présenter cette plateforme, nous l’accueillons positivement», a-t-il loué. Car, «bon nombre de jeunes sont là, avec des idées pertinentes, mais sans la bonne information pour aller dans la bonne direction ».

Charles SENGHOR (à Dakar)

6 avril 2019
PSX_20190406_121231.jpg

La cathédrale Saint-Antoine de Padoue a fermé ses portes. Les autorités diocésaines ont pris cette décision de fermeture en attendant de disposer de 90 millions de Fcfa pour la rénovation, informe le journal Le Quotidien. L’évêque de Ziguinchor avait lancé un Sos les derniers mois avant de voir une partie de ce lieu de culte bâti en 1921 céder.
Media28

5 avril 2019

L'économiste Cheikh Moustapha Mbacké (HEC Montréal) petit fils de Serigne Fallou et Directeur général de la Sénégalaise de Construction et de Promotion Immobilière (SCPI) s'est exprimé devant un public composé d'experts, de petits fils de Serigne Touba et de nombreux talibés sur les moyens techniques financiers et humains de faire de la cité religieuse un pôle de développement s'appuyant d'abord sur ses ressources propres. Il a fait la communication lors d'une conférence inscrite à l'agenda de Kazu Rajab 2019.

4 avril 2019
hadara.jpg

La hadara de Cheikh Seydi El Hadji Malick en général, et celle de Cheikh Seydi Mouhamadou Moustapha SY Djamil en particulier, ont la douleur de vous faire part du décès de Serigne Ahmed SY ibn Serigne Babacar SY.

Cet intellectuel hors pair qui avait une maîtrise exceptionnelle des humanités arabes doublée d’une culture française profonde, un soufi accompli, était un fervent dépositaire de l’enseignement de Serigne Babacar SY durant les derniers moments de sa vie. Armé d’une intransigeance éthique à nulle autre pareille, Seydi Ahmed SY s’est rangé dès les premières heures derrière son grand frère Cheikh Seydi Mouhamadou Moustapha SY Djamil, tout en sauvegardant d’excellentes relations avec tous ses frères et sœurs.

 A la disparition de sa mère, son père Serigne Babacar SY n’a pas hésité à transgresser la tradition léboue, consistant à ne pas faire les funérailles de trois jours, mais ce dernier considérait qu’il avait besoin de ces jours  pour lui rendre l’hommage qu’elle mérite et les prières qu’il devait lui consacrer. Il disait que, s’il y’a une amende pour avoir transgressé cette règle communautaire, il était prêt à la payer, par gratitude à sokhna Rokhaya Ndoye, une femme exceptionnelle.

Les dignitaires  léboues  viennent de perdre l’un de ses plus illustres fils qui a pu incarner l’héritage traditionnel grâce à l’éclairage des enseignements du prophète (PSL) et l’incandescence spirituelle de Cheikh Ahmed Tidjane, Seydi El Hadji Malick, Serigne Babacar et ses frères. Il était le point de convergence de tout cet héritage. IL a rejoint  Dieu la nuit de l’ascension du Prophète (SWAS).Que Dieu dans sa sagesse infinie l’accueille dans le paradis de ses illustres devanciers.

Cellule Communication khadara Seydi Djamil 

3 avril 2019
mame-khalife.jpg

Le Khalifa général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké a prévenu ceux qui attisent la haine et mettent en péril la bonne entente entre les confréries. Par la voix de son porte-parole, Serigne Bassirou Mbacké Abdoul Khadr, il a réitéré, lors de la cérémonie officielle du magal du « Kazzu rajabb » ce mercredi son engagement de combattre les fossoyeurs de la paix et entente entre les confréries. Le représentant du Khalifa, Serigne Bassirou Mbacké Abdoul Khadr, les a exhortés à mettre fin à leurs actes qui fragilisent la paix sociale.

«Qu’ils cessent de se réclamer de Serigne Touba car, lui-même ne saurait cautionner de tels actes », a martelé, sur Rfm, le porte-parole du Khalifa général des Mourides devant la délégation gouvernement dirigée par le ministre des Sports, Matar Ba.

Media28

2 avril 2019
magal-touba.jpg

La ville de Touba refusera ce mardi du monde. La communauté mouride célèbre la naissance Serigne Mamadou Fallilou Mbacké  appelé l’unificateur et « borom mou am, mou am». Ce dernier a été deuxième Khalife  de Cheikh Ahmadou Bamba de 1945 à 1968. Cet évènement prend de plus en plus de l’ampleur.  Chaque année des milliers de pèlerins se déplacent vers Touba. Comme chaque édition, le chef de l’Etat est représenté par une délégation   auprès de l’actuel Khalife de Serigne Fallou, Serigne Abo Mbacké  à la cérémonie officielle.

Coura Ka

29 mars 2019
LEONCE-ZALE.gif

«  Les musulmans ne doivent pas accepter de gestes de bienveillances de la pat d’un chrétien. Les musulmans ne doivent pas voter pour un chrétien ». Voici, en substance, les propos tenus par un jeune prêcheur musulman dans la grande mosquée de Tanaff, peu avant le 24 février 2019. Ces propos me semblent irresponsables, malhonnêtes et contraires aux enseignements du Qur’aan et les traditions Mouhammédane.

Le jeune prêcheur faisait référence aux actions de bonnes volontés de Léonce Nzallé, jeune Mancagne et Chrétien, natif de Tanaff. J’ai été abasourdi à la réception de cette information. Je ne prends ici pas la parole pour défendre Léonce mais pour démentir les propos de ce faux dévot et apporter des précisions, me basant sur les enseignements du Qur’aan (Coran) et de la tradition Mouhammédane.

Permettez que je revienne sur les prétextes. Léonce Nzalé est un jeune cadre, haut fonctionnaire et administrateur civil sénégalais. Sa fonction et position lui offrent des opportunités de soutenir les habitants de sa localité de naissance. Il a facilité l’accès à l’électricité et à l’eau à des milliers de personnes dans Tanaff. Il a fait refaire le poste de Police et la Sous-préfecture, entre autres gestes. J’en passe.

«Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise », Chapitre Al Ma-idah (la table servie) Verset-5. Déduction : si la nourriture (qui va dans le ventre) des gens du livre (chrétiens et juifs) est permise au musulman, le reste doit être permissible aux musulmans de la part d’un non musulman, encore que ce soit bénéfique.

Je rappelle, que je le jour où Mouhammad (saws), combattu par sa propre tribu à la Mecque (à cause de l’Islam qu’il y propageait), a été chassé de Taïf où il a été prêché l’Islam, c’est un incroyant qui s’est engagé à assurer sa sécurité dans la Mecque et a menacé de se battre contre toute personne qui s’attaquerait à notre prophète. Un fait historique qui dément le faux jeune prêcheur de Tanaff.

Je rappelle que quand les musulmanes sont arrivés en Abyssinie (actuel Ethiopie), persécutés qu’ils étaient à la Mecque, le Roi des Abyssins, An Najaasii (le Négus) les a accueilli, hébergé, nourrit et protégé. Quand les mécréants sont allés chercher ces musulmans, c’est le même Roi qui s’est opposé à leur extradition. Un autre fait qui dément les propos du faux prêcheur de Tanaff.

Les rapports entre musulmans et chrétiens […] sont marqués par des actes d’une grande noblesse de cœur, telle la promesse faite aux chrétiens par le Prophète Muhammad (saws). […] En 628, des chrétiens du monastère Sainte-Catherine, en Egypte, sollicitèrent sa protection. Le Prophète accéda à leur requête, à travers une charte proclamant que les chrétiens étaient ses alliés et ses citoyens, et leur garantissant des droits inaliénables.

Je rappelle que dans le livre saint des Musulmans, il est enseigné que « les musulmans peuvent accepter et manger des mets préparés par des chrétiens et que des chrétiens peuvent accepter et manger des plats préparés par des musulmans ». Dans quelques jours d’ailleurs, je prendrai mon Ngalax offert par des amis chrétiens. Des enseignements qui démentent les propos du faux prêcheur de Tanaff.

On peut multiplier les exemples par des milliers… Me taire donc sur un tel propos, c’est encourager l’imposture spirituelle et laisser des gens d’une inculture spirituelle manipuler d’autres personnes. Je pense d’ailleurs qu’il a été gonflé par un ou des adversaires politiques pour tenir de tels propos. Je les condamne et  dénonce. J’invite les tanaffois à rejeter ce discours et mettre en avant les intérêts du village.

Léonce loue des bâches pour Gammou de Tanaff. Il apporte un soutien aux populations dans des domaines relevant des compétences de la municipalité. Il encourage la pratique du sport pour les jeunes en dotant les Asc de maillots, de ballons et autres accessoires. Il équipe le lycée. Il appuie les étudiants de Tanaff à Dakar. Tout ce monde est en majorité des enfants de musulmans. In n’est pourtant pas obligé.

Je conclurai en rappelant cette leçon de Mouhammad (saws) : «  celui qui ne sait pas remercier son bienfaiteur ne saurait rendre grâce au Seigneur. Et celui-là qui ne rend pas grâce au Seigneur, sa foi est amputée »… Populations de Tanaff, je vous invite à la reconnaissance et à faire attention à certains discours.  Nous avons besoins les uns des autres, dans le respect et la considération mutuels.

Mamadou Lamine BA

Musulman et ami d’enfance de Léonce Zalé

Consultant en Marketing et Communication Politique

Responsable de l’APR dans la Commune de Baghère

Tel : 00221 76 611 39 40

ballamine@gmail.com

NB : Pour Léonce ! En référence à « Pour les Juifs » d’Emile Zola, qui a inspiré « Pour les Musulmans » d’Edwy Plenel.


A propos

Maktero Sarl
Bloc 66 – Zone de Captage Route du Front de TERRE
Dakar
Tél: (+221) 33 867 01 04
maktero.mk@gmail.com  / maktero@media28.net




L’équipe

Administrateur:
Mame Gor NGOM | gor.ngom@media28.net
Coordonnateur de la Rédaction:
Charles SENGHOR | charles.senghor@media28.net


Newsletter