Temps forts:
19 septembre 2019
Conseil-des-ministres.jpg

Désormais, l’Agence de Presse Sénégalaise (APS) change de statut. Selon le journal l’As elle devient une société nationale. La décision a été prise ce mercredi lors de la réunion du conseil des ministres par le président de la République.

Media28

17 septembre 2019
Adama-Gaye-journaliste.jpg

Incarcéré depuis bientôt deux mois, le journaliste Adama Gaye en est à sa troisième demande de liberté provisoire rejetée. Le journal Libération révèle que le parquet a refusé d’accéder à sa requête hier.

Adama Gaye menace de reprendre sa grève de la faim si la situation ne se décante pas apprend-on. L’activiste a été arrêté pour offense au chef de l’État le 19 Aout dernier.

Media28

13 septembre 2019
adamagaye.jpg

Pour échapper a un emprisonnement prolongé, le journaliste Adama Gaye fait recours à des avocats africains et européens, en renforts à ses intercesseurs sénégalais, informe le journal l’As dans sa parution du jour.

L’activiste, qui a maille à partir avec la justice sénégalaise depuis le 31 juillet, est inculpé pour atteinte à la sûreté publique et délit d’offense au chef de l’Etat. Une rencontre avec le panel d’avocats est prévue  ce vendredi, précise-t-on dans le journal.

Media28

7 septembre 2019
adama-gaye.jpg

Il a été annoncé la libération de Adama Gaye très prochainement dans le journal libération. Cela, après son audition  dans le fond du dossier  par le doyen des juges mercredi dernier.

Toutefois le procureur de la République  à qui la demande de la liberté provisoire a été transmise, s’est opposé à la libération de l’activiste, selon le quotidien.

Ainsi, est précisé dans le journal que le journaliste va probablement saisir  la chambre d’accusation dans les prochains jours .

Media28

6 septembre 2019
Adama-Gaye-journaliste.jpg

Placé sous mandat de dépôt, depuis un mois à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, le journaliste Adama Gaye connaîtra sous peu son sort. Selon le journal Libération, il sera bientôt libre, bien que le procureur et le doyen des juges aient rejeté la demande de liberté provisoire sollicitée par ses avocats.

Il serait fort probable qu’il retourne chez lui ce Weekend, précise le journal.

Media28

4 septembre 2019
adama-gaye.jpg

En détention provisoire depuis un mois pour offense au chef de l’État, le journaliste Adama Gaye fait face au doyen des juges  Samba Sall ce mercredi 4 septembre. Son audition prévue dans un premier temps jeudi dernier avait été reportée, ce qui avait par le fait énervé ses avocats qui n’ont pas manqué de dénoncer une détention arbitraire. Adama Gaye a enfin l’occasion pour s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés.
Media28

3 septembre 2019
adama-gaye-.jpg

Depuis plus d’un mois, Adama Gaye croupit en prison au Sénégal, pour un délit mineur sur la base duquel on ne doit pas être poursuivi dans une démocratie majeure, et dont il est loin d’être coupable. Devant extraire le détenu de sa cellule pour un interrogatoire, le juge pose un lapin aux avocats qui avaient déposé une demande de liberté provisoire. Cette demande des avocats est d’autant plus motivée et compréhensible que le prisonnier d’opinion, Adama Gaye, a vu sa santé se détériorer, eu égard aux conditions de détention inacceptables. En sus de son état de santé qui n’est pas des meilleurs, Adama Gaye est d’un âge qui ne lui permet pas d’être confiné dans les geôles atroces d’un régime, qui cherche coûte que coûte à affaiblir moralement et physiquement le lanceur d’alerte.
Vu que l’État du Sénégal cherche autre chose que l’arrestation, et qu’il n’y a aucune volonté de respecter les droits du détenu, le Cercle des Amis d’Adama Gaye tire la sonnette d’alarme, et invite les autorités étatiques à plus de raison et de bon sens dans cette affaire. Aussi, le cercle prend-il à témoin l’opinion nationale et internationale face à la volonté manifeste de l’État à anéantir Adama Gaye, intellectuel engagé au service de son peuple. Il tient également le gouvernement du Sénégal pour responsable de tout ce qui pourrait arriver à Adama Gaye et des conséquences fâcheuses que cela engendrerait dans le pays.
Le Cercle des Amis d’Adama Gaye exhorte la société civile, les leaders d’opinion, les régulateurs sociaux à faire entendre raison à Macky Sall, seul commanditaire de cette arrestation, avant que nous ne soyons dépassés par les événements. Le Cercle exprime sa détermination sans faille pour que Adama Gaye recouvre sa liberté confisquée pour des raisons subjectives. Par conséquent, il n’écarte aucune forme de riposte face aux méthodes loin d’être conventionnelles dont use le régime pour humilier, éprouver et écraser des activistes et des lanceurs d’alerte. Non Adama ne saurait être sacrifié sur l’autel de la mal gouvernance minière et des prédateurs nationaux et internationaux. Et nous sommes prêts à faire face à toute tentative de le maintenir en prison pour occulter la gestion nébuleuse des hydrocarbures.

Le Cercle des Amis d’Adama Gaye
Fait à Dakar, le 3 septembre 2019

2 septembre 2019
Adama-Gaye-journaliste.jpg

Emprisonné à la Mac de Reubeuss le journaliste Adama Gaye n’est pas au meilleur de sa forme, son état de santé se détériore. Selon l’As dans sa parution du jour, son taux de glycémie est élevé à un niveau très inquiétant.
Il avait été arrêté pour offense au chef de l’État et devait d’être entendu sur fond de son dossier jeudi dernier. Toutefois le juge Samba Sall a renvoyé leur face à face.

Media28

30 août 2019
sebastian-punturello-dg-canalsenegal.jpg

L’État et la forge cinématographique perdent une vingtaine de milliards par an. En cause, le piratage des chaînes de télévision et le développement des télévisions payantes  en ligne, apprend-on.

Le journal Walfadjiri qui donne l’information révèle que cela se ressent sur les taxes et impôts qui doivent retomber dans les caisses de l’Etat à travers la taxe sur la valeur ajoutée et autres revenus pour le trésor. Le directeur général de Canal+ Sénégal Sébastien Punturello estime que l’industrie cinématographique du pays qui commence à émerger  ressent de plein fouet le contre-coup de ce fléau.

«Le sujet du piratage est un entier qui concerne toute l’industrie audiovisuelle et musicale partout dans le monde même ici au Sénégal. Il est important d’éduquer les consciences, de prendre des messages parce que ne pas maîtriser le piratage, c’est nuire toute une industrie qui a besoin d’un financement et d’un modèle économique pour se développer», a-t-il expliqué hier, en marge de la  cérémonie de lancement de la campagne «Les bouquets canal ont plein de bonne nouvelles pour vous».

Media28


A propos

Maktero Sarl
Bloc 66 – Zone de Captage Route du Front de TERRE
Dakar
Tél: (+221) 33 867 01 04
maktero.mk@gmail.com  / maktero@media28.net




L’équipe

Administrateur:
Mame Gor NGOM | gor.ngom@media28.net


Newsletter