Temps forts:
6 septembre 2019
Oumar-Hanne.jpg

Le chiffre annoncé par le ministre de l’Enseignement Supérieur est fortement contesté par les responsables du FEPES (Fédération des Etablissement Privés d’Enseignement Supérieur). En conférence le presse hier, Cheikh Oumar Hann a annoncé que d’ici à 2020 l’Etat du Sénégal allait payer les quatre (4) milliards qu’il doit aux établissements privés au sein desquels il avait orienté bon nombre d’étudiants.

«L’Etat nous doit 18 milliards Fcfa au moment où nous parlons. Soit il ne maîtrise pas le dossier, soit il fait dans le flou. Nous n’avions jamais renvoyé les étudiants pour quatre (4) milliards», a éclairci le vice-président de la FEPES Abass Fall.

Selon lui la somme dont parle Cheikh Oumar Hann représente les quatre milliards qui restent des engagements sur les 16 milliards des années passées : «sur l’année universitaire 2018-2019, Ils n’ont versé qu’un seul milliard ils nous en doivent quinze (15)» a conclu M. Fall.

Media28

6 août 2019
cheikh-oumar-hann-coud.jpg

Cheikh Oumar Hann est très remonté contre les établissements privés d’enseignement supérieur. Face à l’exclusion des étudiants de leurs écoles et instituts, le ministre de l’Education nationale , de l’Enseignement supérieur et de la Recherche menace de revoir l’entente avec eux. «C’est inadmissible! nous allons évaluer le partenariat scellé avec ces établissements», promet-il dans le journal “l’As”. «Beaucoup d’étudiants ne sont pas contents des cours dispensés et l’Etat non plus. Beaucoup ont quitté ces établissements», a-t-il ajouté.

Pour rappel, les étudiants orientés vers le privé par l’État ont, depuis le 31 juillet, été exclus des salles de classes jusqu’à nouvelle ordre. Cette décision du Cudepes (Cadre Unitaire Des Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur) répond au non-paiement d’une dette de l’Etat envers les établissements réunis au sein du collectif.

Media28

5 août 2019
FB_IMG_1565023803630.jpg

Les étudiants exclus des établissements privés depuis le 31 juillet ont manifesté leur colère en bloquant la circulation sur l’avenue Cheikh Anta Diop au moyen de jets de pierres, pendant près de deux (2) heures de temps ce lundi matin. Dispersé par une intervention des forces de l’ordre, le mouvement d’humeur a fondu pour renaître sur la VDN (Voie de Dégagement Nord) rendant l’axe CICES/Saint-Lazarre impraticable.
Les étudiants tentent de faire réagir l’Etat pour qu’il rétablisse au plus vite leur situation. Leur coordonnateur, Ibrahima Gningue, a déclaré sur la Rfm que lui et ses compères, ont étés orientés dans le privé sans leur consentement, ne bénéficient ni de logement, ni de couverture sanitaire et ne peuvent pas accéder aux bibliothèques universitaires.

Le Cudepes, organisation qui regroupe les établissements du privé, a décidé d’exclure les étudiants orientés et pris en charge par l’Etat sénégalais au terme de négociations ratées avec l’autorité gouvernementale, au motif de non-paiement d’une dette colossale de l’Etat de plus de 7 milliards Fcfa.

Media28

5 août 2019
cesti.jpg

Le syndicat autonome des enseignants Supérieur (Saes)/section Cesti a décidé de porter l’affaire des 52 attestations délivrés à des journalistes Béninois devant la justice. «Face aux différentes tentatives d’étouffements de l’affaire a l’interne, à travers une opération visant à sauver la soldate Cusson, le (Saes)/section Cesti, eu égard à la gravite des actes posés qui entachent le crédit et la réputation de notre institution, a décidé de saisir la justice pour tirer cette affaire au clair. Une plainte sera déposée auprès du procureur de la République pour qu’une enquête judiciaire soit ouverte. De plus, la cour suprême sera saisie aux fins d’annulation de la décision de la direction du Cesti.», rapporte-t-on dans l’Observateur.

Les syndicalistes ont, dans une lettre ouverte adressée au président de la République du Bénin, dénoncé une tentative de “blanchiment de formation” à la quelle se serait délivrée la Directrice du Cesti, Cusson Traoré Sall, en remettant des attestations à 52 journalistes Béninois sans aucun critère sérieux et sans délibération du comité pédagogique. Tous éléments constitutifs, selon eux, d’une violation de l’article 9 du décret n°2010-706 du 10 juin 2010 portant organisation et fonctionnement du Cesti.

Media28

1 août 2019
Enseignement-supérieur.jpg

Le gouvernement n’a pas pu convaincre  le Cadre unitaire des établissements privés de l’enseignement supérieur (Cudepes) de ne pas mettre à exécution la menace d’exclusion à l’encontre des étudiants pris en charge par l’Etat du Sénégal. Ces derniers sont bannis des salles de classes à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’à nouvel ordre. La décision a été prise hier lors de la rencontre  entre les hauts responsables du cadre les autorités.

Le Cudepes exige fermement le paiement de la dette s’élèvant à plus de 7 milliards Fcfa, que l’Etat sénégalais doit aux établissements privés.

Media28

31 juillet 2019
Oumar-Hanne.jpg

Suite à la menace du Cadre des établissements privés d’enseignement supérieur du Sénégal (Cudepes) d’exclure de ses établissements les étudiants pris en charge par l’Etat et de retenir  tous leurs documents administratifs, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Cheikh Oumar Hann a promis de trouver une solution. Une rencontre entre les autorités étatiques et les membres du cadre est prévue cet après-midi, apprend-on.

l’Etat du Sénégal peine à éponger la dette envers les établissements privés concernés, qui n’en peuvent plus de réclamer leur dû. Les étudiants qui devaient quitter les amphithéâtres et salles de classe aujourd’hui peuvent croiser les doigts en espérant une issue favorable aux négociations.

Media28

4 juillet 2019
Enseignement-supérieur.jpg

L’année universitaire dans les écoles privées d’enseignement supérieur risque de ne pas être de toute quiétude pour certains étudiants. Pour cause, le gouvernement n’a pas respecté son engagement d’inscrire 04 milliards de fcfa sur la loi des finances rectificative, déplore le Cadre Unitaire Des Organisations des Etablissements Privés (Cudopes). Une situation que ce collectif digère amèrement : ”depuis le vote de la loi des finances rectificative, les membres du cadre ne cessent de s’interroger sur le devenir des engagements  antérieurement pris par le gouvernement tendant à éponger les sommes dues aux établissements, au titre des arriérés  de paiements  des étudiants envoyés  par l’État dans les EPES pour les années 2017-2018 et 2018-2019”, a constaté le coordonnateur du Cudopes.
Indiquant qu’il n’existe nulle part dans la LFR 2019 une inscription concernant cette dette, le Cudopes prend les autorités pour responsables de toute perturbation éventuelle, malgré les assurances du ministre Cheikh Oumar Hann.

Media28

18 mars 2019
centre-de-formation-des-eaux-et-forets.jpg

Les diplômés et élèves du Centre de formation des techniciens des Eaux et Forêts, Parcs et chasse de Djibélor, à Ziguinchor, dénoncent le recrutement d’anciens militaires, éleveurs et agriculteurs à la place des techniciens formés à bonne école. Selon Rfm, ils ont entamés un mot d’ordre de grève de 72 heures pour contraindre les autorités à « respecter » la législation en la matière, en boycottant les cours ce matin. Ils jugent inadmissibles que d’autres personnes soient recrutées à la place de ceux qui sont bien formés à bonne école pour ce métier. «Nous sommes là, aujourd’hui, pour mener un combat. Depuis quelques temps nous constatons que l’Etat recrute les anciens militaires, des éleveurs, des agriculteurs pour protéger nos forêts au moment où les techniciens des Eaux et Forets des parcs nationaux, bien formés dans cette école, chôment, gèrent des caisses Orange money, conduisent des motos Jakarta. Cette situation est déplorable et nous constatons, depuis deux ans que l’Etat ne veut plus recruter les sortants de cette école…», a déclaré un des responsables des élèves, Bacary Thiola Diatta.

Les pensionnaires de cette école interpellent, via Rfm, le chef de l’Etat, «grand défenseurs de la nature», sur cette question. Ils vont battre le macadam ce jeudi pour déposer un mémorandum sur la table du gouverneur de région.

Media28

7 mars 2019
MOUHAMADOU-MAKHTAR-CISSE-DG-SENELEC.jpg

La Senelec a lancé ce jeudi une plateforme Stage Emploi “Pse-Senelec”, un processus de recrutement de l’entreprise pour offrir aux jeunes désireux d’entrer dans la structure de l’énergie.

« Dans le souci de renforcer l’employabilité des jeunes, la Senelec en partenariat avec le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et l’Artisanat a accueilli une centaine de jeunes au sein des Directions Production et Distributions dans le cadre du programme de formalisation école entreprise (PF2E). Ce projet vise à améliorer la qualité de la formation professionnelle, et développer l’employabilité des jeunes par l’alternance Ecole/entreprise, et nous voila aujourd’hui avec la signature de 50 nouveaux contrats pour ces jeunes », a déclaré le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Maktar Cissé.«Une volonté du président de la République de placer la formation professionnelle comme un pilier essentiel qui concerne l’axe 2 du Plan Sénégal Emergent. Depuis qu’on a lancé la formation Ecole-Entreprise, nous en sommes à 715 jeunes dans les entreprises. Et ça  permet de régler définitivement cette question difficile qu’on appelle adéquation formation emploi. Comme ils travaillent avec les outils de production, de distribution et transport de la Senelec, donc ces jeunes sont opérationnels avant qu’ils ne sortent. Egalement, dans la formation de stage, il y a une petite allocation de 40. 000 francs pour les jeunes », a fait savoir Mamadou Talla dont le ministre qu’il dirige, de la Formation professionnel, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, est en partenariat avec la société de l’électricité.

Avec ce partenariat, «ces jeunes ont maintenant un contrat d’apprentissage, qui en définitive est un contrat de travail. Donc, ils ont des contraintes liées au contrat du travail, contrainte également en tant qu’apprenant».
Media28


A propos

Maktero Sarl
Bloc 66 – Zone de Captage Route du Front de TERRE
Dakar
Tél: (+221) 33 867 01 04
maktero.mk@gmail.com  / maktero@media28.net




L’équipe

Administrateur:
Mame Gor NGOM | gor.ngom@media28.net


Newsletter